Franchir les limites, êtes-vous prêt ?

Après tout, les vraies limites ne sont-elles pas le plus souvent celles que se fixe le chef d’entreprise lui-même par crainte de ne pas être à la hauteur ou par peur de l’inconnu ? Faisons le point avec Catherine Louat, conseillère d’entreprise spécialisée dans l’accompagnement stratégique et humain, sur les quelques questions à se poser avant de se lancer dans un nouveau projet.

 

Comme on serait tenté de le penser, le risque n’est-il pas le propre du chef d’entreprise ? N’est-il pas dans sa nature de voir une opportunité, là où d’autres voient une entrave ?

Non, je ne pense pas que le risque soit le propre des entrepreneurs. De nombreux salariés prennent des risques chaque jour pour leur entreprise et tant mieux ! Nous pouvons tous prendre des risques, mais pas de la même manière. Pour les chefs d’entreprise, cela peut dépendre de la façon dont ils sont devenus dirigeants. Par exemple, certaines personnes ayant reçu leur entreprise “en héritage” ne se sentent que “de passage” à la tête de celle-ci avant de la transmettre, à leur tour, à leurs enfants. Ils peuvent ainsi être plus frileux à entreprendre de grands changements et préfèrent s’attacher à maintenir l’existant. Ils craignent de voir le proverbe se réaliser : “le grand-père construit, le père entretient et le fils fait péricliter”.

Parmi les entrepreneurs que vous accompagnez, quels sont les principaux profils rencontrés ?

Tout le monde a des freins et ceux-ci évoluent dans la vie et en fonction de nos expériences. Il y a des personnes conservatrices et leur exact opposé : celles qui ont mille projets mais ne parviennent pas à les concrétiser. Nous pouvons également citer les associés dont les visions divergent. Beaucoup se retranchent également derrière l’argument économique, bien avant d’avoir étudié la faisabilité. Dans tous les cas, il est important de se demander quelle est la finalité du projet, quel est le bénéfice humain. Bien souvent, je me rends compte que la décision est déjà prise très tôt. C’est la mise en œuvre qui bloque. Je pense, par exemple, à un éleveur de porcs qui devait moderniser ses installations pour survivre ou bien tout arrêter. Nous l’avons accompagné à prendre la décision en s’attachant à son projet de vie. Malgré les problèmes de santé et d’argent, il ne se voyait pas autrement qu’agriculteur. L’aspect économique n’a guidé que la mise en œuvre du projet : rester agriculteur et mener à bien les rénovations.

Prendre des risques, est-ce que cela se travaille ?

Oui ! Il ne faut pas hésiter à se faire accompagner. Un regard extérieur permet de comprendre la nature exacte des freins et d’y apporter une réponse. Vous avez besoin de développer des compétences commerciales, d’apprendre à mieux manager vos équipes ? Une formation peut vous aider à atteindre vos objectifs ! L’accompagnement permet aussi de faire le tri et de prioriser les idées pour mener à bien les projets les plus chers au chef d’entreprise. L’accompagnement permet encore de formaliser la décision, de donner un cap, une feuille de route. En parlant de ses difficultés, on se recentre sur l’essentiel : mon projet de vie et moi. L’humain, ce n’est pas la cerise, mais la levure du gâteau !

Les 5 questions à se poser avant de se lancer :

1 – Quelle est mon ambition ?

2 – Quels sont les gains pour mon entreprise si je réussis ?

3 – Et les risques si je ne fais rien ?

4 – Quels sont mes objectifs personnels ?

5 – Quel est mon plan d’action ?

Hiérarchisez vos priorités, ces indications vous permettront d’agir plus sereinement !

Article paru dans Gérer pour gagner, le journal du Réseau Cerfrance.

Propos recueillis par Anne-Sophie Postec, chargée de communication.

Pauline EtardFranchir les limites, êtes-vous prêt ?