Focus : La Normandie, terre d’entrepreneurs !

Réunifiées par la réforme des régions, la Haute et la Basse Normandie devenues désormais Normandie est une région aux atouts économiques et géographiques indéniables. Découverte !

Créer son entreprise en NormandieSituée entre la mer et la région Ile-de-France, la Normandie profite d’infrastructures routières, ferroviaires, aéroportuaires et portuaires bien développées. Première région portuaire de France avec les ports du Havre et de Rouen, le territoire normand est largement ouvert sur l’extérieur tant en matière de transport de marchandises que de voyageurs (trafic transmanche). La région réalise ainsi 35% de son PIB dédié à l’export (2ème rang des régions françaises). L’autre gros atout de la région tient à son attractivité touristique. Plages du débarquement, Mont-Saint-Michel, tapisseries de Bayeux, ville historique du Havre, mais aussi jolis ports, belles falaises (Etretat) et cités balnéaires de renom… la Normandie attire les touristes du monde entier.

La Normandie en quelques chiffres clés

5 départements (Calvados, Eure, Manche, Orne, Seine-Maritime) pour 29.907 km² et 600 km de côtes

3221 communes dont 85% de communes rurales

111 habitants au km², 3,3 millions d’habitants au total

PIB de 90,5 milliards d’euros en 2013 (9e rang français), soit par habitant un PIB de 27180€ (5e rang français),

Les services en Normandie

Secteur majeur pour l’économie normande avec 61% de la valeur ajoutée régionale, « le secteur des services normand se caractérise dans certaines filières grâce à des spécificités géographiques, notamment dans les transports et la logistique ainsi que dans le tourisme. » Globalement, la région comptait en 2012 quelque 773.000 emplois dans les services (60% des emplois régionaux). En 2013, la région comptait 110.300 établissements de services. Les chiffres font ressortir une création d’établissements moins dynamique qu’au niveau national (12,7% contre 14,2%) mais aussi une forte dynamique dans les activités de recherche et développement scientifique (30% des créations d’établissements dans les services).

Le commerce en Normandie

Avec près de 160.000 emplois et 7,3 milliards d’euros de valeur ajoutée, le commerce en Normandie est un secteur dynamique. Le secteur comptabilise ainsi près de 160.000 emplois (12% de l’emploi normand). 14% des emplois du commerce sont non-salariés. En 2013, 38.700 établissements de commerce étaient recensés sur la région (17,1% des établissements normands). La même année, 5200 nouveaux établissements ont été enregistrés (13,3% de taux de création vs 13,9% en France métropolitaine).

En 2014, le taux d’équipement en commerces était de 49,9 commerces de détail pour 10.000 habitants (52,3 en France métropolitaine). La Normandie se classe en 6e position française pour le commerce de détail alimentaire (16,4 établissements pour 10.000 habitants) et en 6e position pour les grandes surfaces (2,9 unités pour 10.000 habitants). Le commerce spécialisé non alimentaire compte quant à lui 30,6 unités pour 10.000 habitants (33,9 en France métropolitaine).

L’industrie en Normandie

Avec 225.800 établissements recensés en 2013 (92% de sièges sociaux) dont 62% n’ont pas de salariés, la Normandie a enregistré en 2013 quelque 21.200 créations d’entreprises (taux de création de 12,6% inférieur à la moyenne nationale située à 14,1%).

Région industrielle de premier plan, la Normandie compte 209.000 emplois dans l’industrie (16,3% de l’emploi régional, 3e rang national). L’industrie normande compte 13.800 établissements industriels générant une valeur ajoutée de 16,1 milliards d’euros en 2013 (19,8% de la valeur ajoutée régionale). L’emploi industriel normand est marqué dans l’agroalimentaire, l’énergie, la pharmacie, la chimie, la construction automobile, navale et aéronautique et l’industrie du verre.

La présence de leaders et grands groupes industriels nationaux (Renault, Peugeot-Citroën, EDF, Areva, DCNS, Aircelle, Sanofi Pasteur, Aptar, Elle Vire…).

S’installer en Normandie

La Normandie s’organise autour d’un maillage territorial composé d’une métropole (Rouen), de onze agglomérations et de pôles plus petits permettant d’équilibrer le territoire.

En octobre 2015, la CCI régionale a publié les résultats d’une enquête d’OpinionWay qui a permis de dresser le portrait type de l’entrepreneur normand. Ce dernier est plutôt un homme (57%). Le porteur de projet normand a majoritairement entre 30 et 49 ans (moyenne régionale 37 ans comme au niveau national). En termes de niveaux d’études, les personnes envisageant de créer ou de reprendre une entreprise en Normandie sont le plus souvent titulaires d’un BEP ou d’un CAP (29%). Les diplômés de l’enseignement supérieur (Bac +2 ou plus) sont également très présents puisque 18% des porteurs de projets ont un bac +2 (ou le niveau bac +2) et 15% ont un diplôme plus élevé.

Avant de se lancer, les porteurs de projet sont, dans 48% des cas, des demandeurs d’emploi (54% des porteurs de projet entre 50 et 59 ans). Près de 2% des futurs chefs d’entreprise sont des étudiants qui envisagent l’entrepreneuriat pour entrer dans la vie active. Les futurs chefs d’entreprise sont le plus souvent issus du secteur des services (28% des cas). Suivent le commerce (19%) et l’industrie (16%).

Pour 60% des porteurs de projet, la création de sa propre activité (création ou reprise d’entreprise) est synonyme d’ascension sociale. Pendant la construction de leur projet, les futurs chefs d’entreprise se déclarent plutôt aidés et soutenus par leur entourage (67%) et par des conseillers extérieurs en création d’entreprise (34%). Cet accompagnement n’empêche pas les porteurs de projets de penser qu’aujourd’hui il est difficile de créer son entreprise en France. Concernant le secteur d’activité envisagé par les futurs chefs d’entreprise, celui du commerce et de la réparation sédentaire est toujours le secteur le plus dynamique (près de 20% des projets), suivi de l’hôtellerie restauration (17%). Le lieu d’installation de la future entreprise est jugé important par trois quarts des porteurs de projet. Près de 60% des futurs dirigeants souhaitent s’installer en zone urbaine et 31% en zone rurale. En terme de finances enfin, 43% des porteurs de projet estiment avoir besoin de moins de 10.000 euros et 29% de plus de 50.000 euros. Pour plus de la moitié (54%) le financement de leur projet nécessite un apport complémentaire qui sera issu d’un prêt bancaire (56%).

Dominique André-Chaigneau, Toute la Franchise ©

Camille CotonnecFocus : La Normandie, terre d’entrepreneurs !