Création ou reprise d’entreprise entre associés : comment faire ?

Comment Vivre, décider et réussir ensemble ?

Une société ne peut vivre et durer dans le temps si l’on ne tient pas suffisamment compte des hommes et des femmes qui la constituent. Nos spécialistes vous donnent quelques conseils…

 

Bâtir un projet commun avec des associés, ce n’est pas cumuler des projets individuels, c’est les rendre complémentaires. Au-delà des objectifs économiques et des choix techniques, il est nécessaire d’appréhender l’organisation et les règles de vie afin de favoriser la cohésion entre associés. Il n’est jamais trop tard pour en discuter et il est même préférable, voire indispensable de faire le point avant le démarrage du projet et après son lancement de la faire de temps en temps. La performance de l’entreprise en dépend.

Ne pas négliger l’essentiel

La société ne peut vivre et durer dans le temps si l’on ne tient pas suffisamment compte des hommes qui la constitue. Il est nécessaire que chaque associé s’y « retrouve » tout en ayant conscience des contraintes liées à la vie collective. Il est primordial de ne pas sous-estimer le besoin d’individualisation et d’appropriation avant de partager des motivations.

Chaque société doit trouver son propre équilibre, sa propre ambiance, ses propres principes qui définissent des conditions de réussite spécifiques.

Les principes de réussite de fonctionnement ne se décrètent pas, ils se vivent.

Le besoin d’individualisation

L’associé est d’abord un individu. Etre associé ne doit pas signifier renoncer à ses propres objectifs ou souhaits. Il est nécessaire que chacun puisse les exprimer. Mais penser à la place de l’autre est plus facile que d’écouter ou ne rien dire est plus facile que d’avoir peur d’être contredit.

Cette situation est amplifiée lorsque les associés se connaissent bien ou pensent bien se connaître.

Les évolutions personnelles ou familiales, un environnement qui bouge, l’expérience de la vie sont de véritables leviers qui génèrent des changements de cap et d’objectifs personnels. Accepter que le monde bouge et que les associés évoluent, c’est tout d’abord risquer de remettre en cause un projet mais c’est surtout ne pas aller contre une évolution inéluctable.

Réussir dans le temps nécessitera constamment de s’adapter aux besoins et aux objectifs des individus. Le challenge consistera à rendre ses objectifs complémentaires et compatibles.

Le besoin d’appropriation

Etre associé c’est partager. Pour autant, chaque associé a besoin de délimiter son « territoire », « son champ d’action » et doit être en mesure de définir les enjeux liés aux « règles du jeu » qui s’appliquent au groupe.

Les règles de fonctionnement, de partage du revenu, d’évolution du capital, les droits sociaux, les incidences liées à une éventuelle séparation doivent être connus, validés et maitrisés par tous les associés. Il en va de même pour les objectifs qui doivent être connus par tous.

La maîtrise des enjeux facilitera les discussions et les échanges ultérieurs. Cela évite les incompréhensions ultérieures et les non dits. Cela permet de limiter les sources de conflits.

Partager les motivations et les objectifs

La société doit rester un outil au service des associés. La stratégie mise en place, les règles du jeu définies ont pour objectifs de satisfaire les propres objectifs et motivations des associés.

Pourquoi voulons-nous travailler ensemble ? Quels sont nos objectifs communs ? En quoi la société répond t’elle plus favorablement à mes objectifs plutôt que tout autre scénario ? Quelles peuvent être nos valeurs communes ? Quel sens souhaitons-nous donner à notre projet ? Quelles sont nos priorités ? (économiques, techniques, organisationnelles, partage de risque…).

L’enjeu consiste à définir une stratégie et des règles du jeu en cohérence avec les objectifs et motivations communs exprimés tout en acceptant que ceux-ci évoluent dans le temps.

Des conditions de réussite spécifiques

Chaque société doit disposer de son propre cahier des charges « conditions de réussite ». Ce cahier des charges doit être « sur mesure » et adapté « prêt à porter ». Il est spécifique à chaque société répondant aux règles de vie du groupe.

Pour autant, sa pérennité dépendra  de la capacité de ses associés à communiquer et générer de la « bonne entente » dans le temps.

La bonne entente ne se décrète pas, elle se vit et vivra d’autant plus facilement si les règles du jeu ne sont pas celles du « je ». Beaucoup de règles sont négociables.

Ce qui n’est pas négociable, c’est le temps et l’importance qu’il faut accorder à la communication et aux échanges. Au-delà de la quantité, c’est surtout la qualité qu’il faut privilégier.

Ecouter, échanger, adapter sa communication, accepter des visions différentes, des évolutions et savoir gérer les désaccords sont les bases d’une bonne relation.

La réussite de l’entreprise est-elle liée à sa gestion, ses produits et service ou aux hommes et aux femmes qui la constitue ?

La réussite d’une société ne serait-elle pas de transformer de brillants individus en une brillante équipe ?

 

 

Vous souhaitez faire le point sur votre projet de société, la relation avec vos futurs associés, contactez : Thomas Quenneville, responsable de l’offre Ressources Humaines, tél : 02 32 28 51 20, tquenneville@sn.cerfrance.fr

Pour réussir votre société avec vos associés, CERFRANCE, vous propose la formation : Travailler et décider ensemble

 

 

 

Camille CotonnecCréation ou reprise d’entreprise entre associés : comment faire ?